APPROUVÉ PAR +60 000 FAMILLES

Pour grandir et s'épanouir, libérez vos enfants des bonnes résolutions

Chaque année, le mois de janvier arrive avec son lot de bonnes résolutions, son air de changement et son parfum de nouveau départ. Nous en sommes tous victimes. Qui n’a pas décidé, un 1er Janvier, de devenir la meilleure version de soi-même en se fixant des bonnes résolutions ? 

Nos enfants n’y échappent pas non plus. Dès l’âge de 7 ans, “l’âge de raison”, un sentiment de responsabilité se développe et leur fait penser qu’eux aussi, devraient se prendre en main.

Ranger sa chambre tous les soirs, n’obtenir que des bonnes notes, ne plus bavarder en classe… si ces bonnes résolutions enfantines nous semblent attendrissantes, elles représentent en fait une source de stress insoupçonnée chez nos plus jeunes. 

Alors, comment faire de ce début d’année une source d’épanouissement ? 

Indice : mettez l’expression “bonnes résolutions” au placard une bonne fois pour toutes.

Montrez l’exemple à vos enfants

Si votre enfant vous entend parler de vos bonnes résolutions, il sera difficile de lui faire comprendre qu’au contraire, il ne doit pas en prendre !

Dès l’âge de 2 ans, l’enfant apprend par l’exemple et par mimétisme : de vos gestes, de vos paroles, et de vos actions. Alors montrez leur la bonne marche à suivre : exit les bonnes résolutions

Pour commencer l’année du bon pied, évoquez plutôt les intentions ou les souhaits que vous avez pour cette année. Prenez note aussi du langage que vous utilisez. Vous ne devez pas faire du sport trois fois par semaine, mais vous aimeriez prendre l’habitude d’y aller 3 fois par semaine. 

Ce changement dans votre vocabulaire fera toute la différence sur votre enfant, qui verra alors véritablement vos intentions comme des envies et non comme des obligations, qui ajoutent stress et angoisses sur nos épaules. Dès lors, il aura aussi l’envie de continuer l’année avec des intentions qui le motivent véritablement ! 

Ne plus faire de chantage inconscient

Les mots ont un impact plus important que ce que nous pouvons penser. Et de simples expressions que nous avons souvent entendues plus jeunes participent à ce que l’on appelle le chantage inconscient : une forme de peur ou d’angoisse dissimulée derrière nos paroles. 

Voici quelques expressions qui cachent en fait une forme de chantage : 

  • ne te mets pas les doigts dans le nez, il va ressortir par les oreilles ! 
  • ne fais pas de grimaces, sinon un coup de vent et tu vas rester comme ça toute ta vie ! 
  • la petite souris ne passera pas si ta chambre n’est pas rangée !

Vous reconnaissez ces expressions ?
Bien anodines, mais qui pour un jeune enfant, représentent une menace. En effet, les plus jeunes se reposent énormément sur le savoir et l’expérience des adultes (et surtout, de leurs parents). Ainsi, ils ne peuvent déterminer eux-mêmes si ces fameuses phrases sont vraies ou fausses.

Et si c’est maman ou papa qui le dit, c’est que c’est sûrement vrai. 

Nous avons la fâcheuse tendance d’utiliser ces phrases et expressions pour justifier certaines “bonnes résolutions” que nos enfants devraient prendre après le Jour de l’An.

Mais pour commencer l’année en toute sérénité, laissons les enfants définir eux-mêmes les “résolutions” qu’ils souhaitent prendre, sans menace de la petite souris ou du croque-mitaine ! 

Leurs résolutions ne doivent pas être une corvée

Le terme “résolution” renvoie indirectement à l’idée que nous devons corriger qui nous sommes. Nous devons dès lors résoudre les problèmes et défauts que nous avons.

Ainsi, cela nous amène à prendre des résolutions qui nous semblent davantage être une corvée qu’un vecteur de motivation. Et pour nos enfants, ce sentiment est décuplé

Bien que vous adoreriez que votre enfant range sa chambre de son plein gré, il ne comprend peut-être pas pourquoi vous avez ce besoin. Dès lors, il perçoit cette résolution comme une punition.

Les résolutions, ou intentions, doivent venir de nos propres envies. Demandez donc à votre enfant ce qu’il souhaiterait pour cette année. Vous verrez qu’il aura très certainement plus de motivation à suivre ses envies que les fameuses résolutions de début d’année ! 

Évoquez leurs qualités, plutôt que leurs défauts

En y réfléchissant bien, les bonnes résolutions sont prises pour corriger un défaut ou un aspect que nous aimons moins : de notre personnalité, de notre physique, ou dans notre vie à plus large échelle.

Inévitablement, cela crée de manière indirecte une course à la perfection qui n’est pas réaliste ni nécessaire.

Et si cette année, nous changions les règles du jeu ?

Si nous partions plutôt de nos qualités pour élaborer nos intentions pour l’année à suivre ? En plus d’aborder ce sujet de manière plus positive, c’est l’occasion idéale de montrer à votre enfant que vous reconnaissez ses qualités et ses forces, et qu’il est fondamental de s’appuyer dessus pour continuer à être incroyable au quotidien. 

Voici quelques exemples d’intentions pour 2022 basées sur les qualités : 

  • La bienveillance : je voudrais être gentil avec tous les élèves de ma classe. Je veux aussi être accueillant avec tous les nouveaux de mon école
  • La joie : je souhaiterais continuer à remonter le moral de mes amis quand ils sont tristes. 
  • L’ambition : je vais me rapprocher de mon rêve de devenir astronaute en regardant des films sur l’espace et en lisant les histoires d’astronautes célèbres.
  • La créativité : je voudrais réaliser tous les projets créatifs qui me viennent en tête, sans me soucier de ce que pensent les autres. À la fin de l’année, je serai un véritable artiste ! 

Créez un défi à relever à plusieurs

Et si vos bonnes résolutions devenaient un jeu d’équipe ? Relevez le défi de Pimagix  #IncroyableEnFamille en vous lançant chacun le défi de 3 intentions en 2022, basées sur vos qualités.

Pour plus de plaisir, laissez votre enfant choisir vos intentions basées sur vos qualités, et inversement. Leur imagination sans faille pourrait vous surprendre ! 

Chaque mois, faites un bilan de votre défi et lancez-vous un objectif pour le mois suivant. À la fin de l’année, vous pourrez voir tout le chemin parcouru… et à quel point vous vous serez amusés en relevant ce défi des intentions

 

 


En ce mois de janvier, prenons une seule bonne résolution : celle de laisser nos enfants grandir et s’épanouir sans la pression de la perfection de début d’année. Laissez les exprimer leurs intentions, et regardez la magie opérer !

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés